Envie de participer ?

Interview Clément Vergé

Publié il y a 4 mois par

Interview Clément Vergé

Nous nous retrouvons aujourd’hui et dans les semaines à venir pour présenter deux jeunes joueurs de l’équipe espoir élite du Stade Toulousain, l’un ayant évolué au Saint-Girons Sporting Club Clément Vergé et l’autre à l’Union amicale saverdunoise Nelson Epée. Tous deux étant passés par nos sélections départementales avec à la clé une victoire au tournoi « Des Montagnards » en 2016 en Ariège.

Par leurs performances sur le terrain, les recruteurs du stade toulousain se sont rapprochés de leurs clubs respectifs pour les faire signer dans le club Haut-Garonnais.

Maintenant, penchons-nous plus précisément sur Clément Vergé qui signa en Rouge et Noir en 2018, Clément malgré ses grandes mensurations est un grand amateur du Seven il est allé défendre les couleurs Ariègeoises lors du tournoi à Montauban avec la sélection des -19 ans.

D’autre part, ses bonnes statistiques en club lui ont ouvert les portes de l’équipe grâce à pas une mais deux convocations dans le groupe développement à fort potentiel U20 Français plus communément appelé le Top 60 Français. Pour cela, nous sommes allés à sa rencontre dans le 31 pour lui poser quelques questions sur les clés de sa réussite.

 

-              Depuis quel âge pratiques-tu le rugby ?

Je joue au rugby depuis l’âge de 5 ans, j’ai commencé à Saint-Girons. (Le refuge en guise de berceuse)

-              À quel poste évolues-tu ?

J’évoluais au poste de 3ème ligne et 2ème ligne jusqu’en cadet puis je suis parti au Stade toulousain en junior où je ne joue plus que deuxième ligne. (Si tu jouais talonneur tu pourrais aller piquer le ballon dans les pieds du 8 adverse)

-              Comment s’est passée ton intégration au sein du Stade Toulousain ?

Mon intégration s’est très bien passée, je n’étais pas le seul à mon arrivée d’autres joueurs sont arrivés au club au même moment que moi et quant aux autres qui étaient là depuis longtemps m’ont très bien intégré. (Méchant coup de tondeuse je présume)

-              Te sens-tu à l’aise dans le groupe ou la compétition du au haut niveau nuit à l’ambiance du groupe ?

L’ambiance est top, on est une bonne bande de copain, ce n’est pas exactement la même ambiance puisqu’il y a un véritable objectif de performance individuelle mais aussi collective, mais j’aime cette ambiance et elle m’aide à progresser.  (Bon vivant comme tu es, je ne m’inquiète pas pour ça)

-              Quel est-on meilleur souvenir rugbystique à XV et à VII ?

Mon meilleur souvenir à 15 est un match en cadet où nous avons battu avec Saint-Girons Muret 15-14 alors qu’au match aller nous en avions pris 80. (Belle remontada des Couserannais)

A 7, je n’ai fait qu’un tournoi, celui de Montauban mais l’ambiance est vraiment top et le jeu prôné aussi, tout le monde veut vraiment se régaler et passer de bons moments tout en voulant gagner. (L’esprit Seven comme on l’aime)

-              Que fais-tu comme étude ?

Je suis en deuxième année de biologie à Paul Sabatier, j’aimerais devenir Professeur des écoles.  (Un intellectuel au milieu des brutes)

-              Combien de fois t’entraînes-tu par semaine ?

Je m’entraîne 2 fois par jour, soit environ 5/6 heures par jour.  (J’espère qu’on vous laisse manger entre midi et deux)

-              Le grand nombre d’entraînements te permet-il d’être assidu au cours ?

J’ai adapté ma scolarité, je fais ma deuxième année en 2 ans ce qui me permet d’avoir un emploi du temps emménagé. Evidemment, je loupe des cours mais cela fait partie du jeu et pour combler ce manque mes collègues de Fac m’aident beaucoup à être à jour au niveau des cours.

-              La crise sanitaire a-t-elle modifié ton mode de vie en tant que rugbyman professionnel ?

Le premier confinement nous a tous bloqué, nous avons donc fait des entraînements en visio avec le préparateur physique ainsi que des réunions avec les coachs. Cela m’a permis de ne pas tout couper, mais le fait de m’entraîner et jouer m’a manqué rapidement. Pendant le deuxième confinement, j’ai pu continuer à m’entraîner normalement, il faut tout de même faire attention aux gestes barrières et nous sommes testés chaque semaine.  (La légende raconte qu’ils s’entraînent avec le masque)

-             Penses-tu avoir assez de temps de jeu ?

        Je ne me plains pas du temps de jeu qu’on m’a donné cette année, c’est top j’ai joué tous les matchs jusqu’à présent, j’espère que cela va continuer comme ça. Nous avons un bon groupe avec qui j’espère aller le plus loin possible cette année. (Assez pour mouiller le maillot et ponçait la ferraille de tes 18)

 -           Quel est ton ressenti vis-à-vis de cette convocation dans le groupe élargi de l’équipe de France U20?

Je suis très fier déjà, fier du travail accompli, je sais que j’ai aussi beaucoup de chance. Je sais aussi que ce n’est pas un aboutissement et que tout peut s’arrêter très vite et que le chemin est encore long, j’espère faire de bonnes performances en club et en sélection pour continuer à être convoqué. (Le 09 à l’international)

-              En quelques mots peux-tu me résumer la victoire du tournoi des montagnards en 2016 ?

 Nous avons joué les Montagnards 2016 en Ariège, nous avions une très bonne équipe, nous avons fait un bon tournoi et nous avons réussi à gagner la finale à la Bastide de Sérou au bout du suspense, c’était vraiment top car c’était un de mes premiers trophées. On était une bonne bande de copain et le fait de le gagner chez nous était vraiment un bon moment à vivre ! (Des souvenirs plein la tête)

-              Quels sont tes objectifs en vue de cette nouvelle année ?

J’aimerais cette année être champion de France espoir élite avec Toulouse. Je rêve de gagner un gros titre, car c’est je pense un souvenir à vie. Sur un plan personnel, j’aimerais être le plus possible au contact des professionnels, avoir au maximum de temps de jeu en espoir et faire le plus de sélection en Équipe de France !  (Bonne année 2021 à toi)

 

Un grand merci à Clément d’avoir joué le jeu, nous te souhaitons plein de réussite chez les bleus et dans la suite de ta carrière en espérant un jour te voir briller sur nos écrans.

Nous retrouverons d’ici quelques semaines pour parler de son homologue ariégeois et coéquipier en club Nelson Epée.

toute l'association

Commentaires